• diapo_02
  • dessins
  • diapo_01
  • site-galeries-bon

Eugène Begarat, est né en 1943, il se passionne très tôt pour les Écoles Bretonnes et les Nabis. Ses premières peintures, nettement influencées par cette époque sont des paysages et des scènes campagnardes peintes sur des planchettes de bois de petit format, préalablement enduites de céruse.


Son travail empruntant de la technique divisionnisme semblait quelque peu anachronique en 1970 où l’art contemporain présentait la nature à travers le Land-Art. Toutefois, Eugène Begarat exploita la division des couleurs encore pendant des années même si cela semblait le faire paraître irrémédiablement hors de son époque. Mais la mode n’est pas son problème, au contraire, il va à l’encontre des idées de son temps avec un réel plaisir et sans état d’âme.


Au fil des années, le peintre de nature très curieuse alla au devant d’expériences nouvelles en simplifiant sa palette alors chargée de petites touches de couleurs pour la rendre plus largement impressionniste et plus moderne, mais on retrouve encore dans beaucoup de peintures ces «enchevêtrements» de touches colorées qui donnent au tableau une impression de tapisserie surtout dans le traitement des ombres.


Eugène Begarat peint souvent dans son jardin construit un peu comme un décor de verdure. Il travaille principalement avec des modèles qu’il dessine ou photographie. Dans le jardin ou au bord de la piscine cachée dans les feuillages, des espaces sont étudiés pour donner juste ce qu’il faut de lumière, des couleurs de végétaux faisant «fond» ou décor ainsi que des contre-jours très élaborés comme dans un atelier de peintre ou de photographe mais avec la lumière naturelle.


Souvent le point de départ d’une peinture est un dessin ou une gouache sur papier. Ces études préparatoires : des portraits, des personnages dans l’eau, des enfants surpris sur le vif dans leurs jeux, tous ces dessins ou études sont le fondement du tableau.


A partir de ce travail, commencent toutes les interprétations possibles en atelier.